Hérault : 4 critères avant de louer un local d’activité

Hérault : 4 critères avant de louer un local d’activité

Quel que soit le statut choisi, la création d’une société demeure un challenge. Outre les formalités administratives de rigueur, il vous incombe de choisir les locaux professionnels. Si vous comptez louer un local, n’hésitez pas à multiplier les visites. Pensez surtout à faire une check-list des critères essentiels à prendre en compte durant vos visites.

Louez un local adapté à votre activité professionnelle

Lorsque vous visitez des locaux pour vos futurs bureaux ou pour votre commerce, vérifiez que les lieux sont conformes aux règlementations en vigueur. Sachez d’ores et déjà qu’un local destiné à une activité commerciale se doit d’être classé ERP (Établissement recevant du public). Autrement dit, il doit être accessible aux personnes à mobilité réduite. Vérifiez également les normes de sécurité comme la présence d’au moins deux issues de secours et d’une voie libre en cas d’évacuation.

A lire également : Comment définir une stratégie de contenu efficace ?

N’oubliez pas de tester le bon fonctionnement des ascenseurs et des monte-charges. Si vous souhaitez louer un local professionnel à proximité de Montpellier, cliquez ici et découvrez les offres proposées par une société en conseil immobilier d’entreprise. Le choix se révèle en effet très large parmi les locations d’entrepôts et de locaux d’activité à Saint Georges d’Orques, à Lunel, à Clapiers, à Mauguio, etc. Un expert saura vous orienter pour trouver le meilleur emplacement selon votre activité. Pour chaque local que vous visiterez, évaluez au préalable le montant des petits ou des gros travaux à prévoir pour la mise aux normes.

Vérifiez la hauteur sous plafond du local

Vous l’aurez compris, la hauteur sous plafond est l’un des critères à ne pas négliger. La loi impose en effet une hauteur sous plafond minimale de 2,20 mètres pour les locations (décret n° 2002-120 du 30 janvier 2002). Il est ainsi stipulé que pour une surface habitable de plus de 9 m², la hauteur sous plafond minimale est de 2,20 mètres. Si cette norme n’est pas respectée, le bailleur est dans l’obligation de réaliser les travaux de mise en conformité. Dans le cas contraire, il devra réduire le loyer ou verser des dommages et intérêts au locataire.

A découvrir également : Identifier les causes des conflits pour trouver des solutions

location d'entrepôt, local professionnel, conseil immobilier

Le terrain du local professionnel est-il clôturé ?

La clôture commerciale vise à délimiter les bureaux d’une entreprise ou un espace commercial. Cette délimitation se doit d’être robuste et sécurisée, d’où le recours aux matériaux de qualité. Les travaux doivent être réalisés par un professionnel. Notez aussi que ce type d’enclos apporte une plus-value à l’image de marque de l’entreprise, d’où la nécessité de respecter des normes esthétiques.

Sachez que les matériaux privilégiés pour les clôtures commerciales sont l’aluminium, l’acier et le bois. L’aluminium et l’acier s’avèrent solides, esthétiques et élégants. Le bois se démarque surtout pour son côté authentique. Une clôture commerciale est tout particulièrement recommandée pour permettre de contrôler les accès à vos locaux.

Assurez-vous de la mise aux normes des installations électriques

Comme le choix d’un local d’activité ne se fait pas au hasard, pensez à vérifier l’état des installations électriques. La loi exige que les locaux commerciaux soient dotés d’un éclairage de sécurité. À ceux-là s’ajoutent les dispositifs d’alarme incendie, les extincteurs, les détecteurs de fumée, etc. Bien avant le lancement de l’exploitation d’un fonds de commerce, sachez qu’un expert en sécurité sera amené à vérifier la conformité des installations.

Quant aux travaux de mise en conformité aux normes électriques, ils sont en principe à la charge du bailleur. Notez toutefois que des clauses de transfert peuvent être rajoutées au contrat de bail. Cela implique la prise en charge par le locataire des travaux de mise en conformité. Les grosses réparations stipulées dans l’article 606 du Code civil restent à la charge du bailleur.