Réseaux sociaux : quels droits ont vos enfants sur vos publications ?

Réseaux sociaux : quels droits ont vos enfants sur vos publications ?

Le droit à l’image sur les enfants sur les réseaux sociaux laisse toujours place à une interrogation et à une confusion pour les influenceurs parents. Lorsqu’il s’agit des enfants, beaucoup de parents se questionnent sur leurs droits, les mesures de protection à prendre ainsi que les possibilités d’exploitation. Pour en savoir plus sur les droits des enfants sur les publications, voici un article détaillé sur le sujet.

Influenceurs parents : l’impact des réseaux sur la vie privée

Certaines personnes ne se rendent toujours pas compte de l’impact des réseaux sociaux sur les enfants de bas âge. Ces enfants peuvent-ils avoir pleinement conscience de ce qu’ils regardent ? Acceptent-ils que leurs images soient exposées à la vue de tout le monde ? Ce sont des questions qui méritent des réponses claires.

A lire en complément : Comment rompre un contrat mandataire ?

Aujourd’hui, inutile de préciser que la célébrité ne revient plus à être vu à la télévision, il suffit d’avoir un smartphone pour devenir populaire sur les divers réseaux sociaux présents sur la toile. Il suffit de publier sa vie privée pour être connu, avec des possibilités de monétisation par collaborations avec des marques. Consultez notre article pour en savoir plus sur les besoins des influenceurs parents.

Quels sont les droits des enfants sur les réseaux sociaux ?

Les enfants présents sur les réseaux sociaux sont protégés par un droit à l’image. C’est le droit d’avoir à disposition ses images et d’avoir la possibilité de faire opposition aux publications, aux diffusions et à l’usage des images. Les photos figurent dans le cadre des données personnelles spécifiques, bénéficiant d’une protection de la loi. Le droit d’auteur et le droit à la protection de la vie privée sont concernées. Une image sur les réseaux ne peut être publiée sans :

A lire en complément : Pourquoi procéder à la vérification du casier judiciaire quand on crée son entreprise ?

  • l’accord explicite d’être photographié ou d’être filmé ;
  • l’accord de diffusion ;
  • et le consentement pour l’utilisation de l’image.

Pour les enfants mineurs, le consentement est donné par les parents ou les représentants légaux. Une fois arrivé à l’âge de discernement, l’accord sera donné par l’enfant lui-même.

Comment se passent le droit à l’oubli et le retrait de l’image ?

Bien qu’il soit possible de recourir à l’autorité en charge de la protection des données pour demander suppression de certains contenus, ce n’est pas aussi simple de faire disparaitre des images déjà sur le net.

L’importance des droits des enfants sur leurs images

Beaucoup de jeunes personnes décident de reprendre le contrôle sur leurs données en sollicitant leurs droits à l’oubli ainsi que leur droit au retrait. Cela leur permet d’avoir une image encore vierge, qui ne risque pas de leur porter préjudice plus tard dans la vie personnelle et professionnelle. Cependant, il est important de sensibiliser sur l’importance de prévenir de tels soucis.

Les contraintes liées au droit à l’oubli

Si un enfant peut invoquer son droit à l’oubli pour plus tard, inutile de préciser qu’une image déjà publiée sur le Web ne disparait pas complètement. Avec la possibilité de copies, d’enregistrements et de partages sur d’autres plateformes, l’éradication totale est quasiment impossible. Certains parents usent des images de leurs enfants pour gagner des sous. Le respect du droit des enfants devra être mis en avant pour ne pas entrainer des conséquences irréversibles.

L’encadrement légal des enfants influenceurs en France

En France, comme dans beaucoup de pays dans le monde, le travail des enfants est complètement interdit par la loi. Par ailleurs, dans l’univers du spectacle, un enfant peut avoir le feu vert selon certaines circonstances. Les enfants influenceurs sont protégés par des lois spécifiques.

Les rémunérations se font généralement sous forme de cadeaux et de présents de la part des plus grandes marques, au lieu d’argent. Il est important de savoir que des autorisations administratives sont obligatoires pour protéger les enfants contre tout risque d’exploitation commerciale.