Guide Entrepreneur
Comment calculer les charges sociales d’un salaire ? Comment calculer les charges sociales d’un salaire ?
Votre activité va plutôt bien et vous prévoyez de vous payer un salaire bientôt (enfin, votre premier revenu !) ou même embaucher votre premier employé.... Comment calculer les charges sociales d’un salaire ?

Votre activité va plutôt bien et vous prévoyez de vous payer un salaire bientôt (enfin, votre premier revenu !) ou même embaucher votre premier employé. Vous avez entendu parler des charges sociales obligatoires liées à la rémunération, mais en termes concrets, vous ne savez pas de quoi il s’agit ! Que devez-vous savoir en tant qu’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur au sujet de ces dépenses ? Qu’en est-il du calcul des charges ? Combien s’élèvent les montants pour une année civile ?

Voici un zoom sur la base du calcul des cotisations sociales liées à la vie d’une entreprise.

A lire également : Quel est le niveau du DCG ?

1. Que signifient les impôts sur la masse salariale ?

Les cotisations de sécurité sociale correspondent à toutes les cotisations salariales et patronales calculées chaque mois sur les salaires des salariés et des cadres indépendants ou similaires.

Les charges de sécurité sociale sont utilisées pour assurer une protection sociale aux salariés d’une entreprise par le biais du régime général de sécurité sociale (maladie, invalidité, chômage, maternité, retraite).

A lire également : Pourquoi faire appel à un expert-comptable ?

Déduites du salaire brut mensuel du salarié, les charges de sécurité sociale, également appelées charges salariales, se répartissent comme suit :

  • Part donnée à l’URSSAF  : son but est de fournir à l’employé une assurance maladie, une assurance vieillesse, une assurance décès ou une indemnisation en cas de rupture anticipée du contrat de travail.
  • Part retournée aux fonds de pension  : il s’agit des cotisations complémentaires qui complètent la pension de base.

Cotisations sociales des salariés au détriment de les employés sont déduits du salaire et payés directement par l’entreprise aux divers organismes de recouvrement mentionnés plus haut. Ils représentent environ 22 % du salaire brut total.

En plus des cotisations des employés, sont ajoutés au salaire brut cotisations patronales . Ces coûts sont supportés par l’employeur et sont généralement plus élevés que les coûts salariaux, de l’ordre de 25% à 42% du salaire brut (variable selon le salaire).

Les coûts de personnel représentent une part importante du budget d’une entreprise. C’est pourquoi il est important de connaître la part de chaque partie afin d’anticiper le coût d’une embauche future.

2. Comment calculer le salaire et les charges sociales d’un cadre supérieur ?

Les dirigeants d’entreprises en fonction de leur statut juridique sont régis soit par les indépendants ou par le régime des salariés assimilés.

Un cadre indépendant (TNS — travailleur indépendant) ne perçoit pas de rémunération brute et n’est donc pas assujettie à des feuillets de paie. Néanmoins, il est utile pour l’entreprise de prévoir certains de ces coûts dans son plan d’affaires prévisionnel en cas de création d’entreprise, mais aussi dans son plan mensuel de flux de trésorerie :

  • Rémunération nette, en d’autres termes, le montant perçu par le dirigeant de la société,
  • Cotisations sociales TNS.

Sous réserve de variations potentielles en fonction de l’aide que vous recevez, le calcul du montant des cotisations de sécurité sociale est en pratique assez compliqué à assimiler.

Nous vous conseillons vivement de vous adresser à votre comptable afin de valider l’intégration des cotisations de sécurité sociale de TNS.

À propos Employés assimilés , le calcul est beaucoup plus simple. De la même manière que pour un employé régulier, le gestionnaire perçoit un bordereau de salaire qui comprend les éléments suivants :

  • Un salaire brut,
  • Un salaire net (retenues sur la paie),
  • Frais d’employeur.

Ainsi, contrairement au statut d’administrateur indépendant, les cotisations salariales sont incluses dans la rémunération brute du chef de l’exécutif et n’exigent pas de budgétisation au niveau des dépenses prévues.

Encore une fois, de la même manière que pour un salarié, les taux de cotisation des dépenses patronales varient en fonction de l’activité exercée (entre 45 % et 50 % du salaire brut).

3. Comment calculer le salaire et les impôts salariaux d’un employé ?

Comme nous l’avons vu plus haut, les charges de sécurité sociale d’un salarié sont de l’ordre de 22% du salaire brut préalablement fixé entre les deux parties. Le calcul est semblable à celui d’un gestionnaire d’employés similaire, mais le coût à intégrer peut parfois être compliqué selon les postes et les profils recherchés, voire la concurrence.

4. Comment déclarer et payer vos dépenses ?

Les salaires et cotisations bruts doivent être déclarés mensuellement ou trimestriellement au moyen de la déclaration sociale enregistrée (DSN).

Selon la période payée, le DSN doit être rempli dans le mois suivant, selon les modalités suivantes :

  • Pour les employeurs comptant au moins 50 salariés, au plus tard le 5 du mois,
  • Pour les employeurs comptant 50 employés ou plus en retard salarié ou les employeurs de moins de 50 employés, au plus tard le 15 du mois.

Le DSN est transmis par un logiciel de paie adapté et se fait par des moyens dématérialisés. L’employeur peut tout à fait gérer cette tâche en interne ou intervenir un tiers dans l’exercice de ses droits. Le paiement des cotisations est effectué par téléréglementation ou par virement bancaire.

Aujourd’hui, il existe des simulateurs en ligne, mis en place par le gouvernement, qui calculent le montant des cotisations sociales et patronales pour un salarié permanent, un contrat à durée déterminée, un apprenti, etc. N’hésitez pas à les consulter pour simuler vos futures cotisations et impôts, mais aussi pour connaître les détails de vos prélèvements sociaux.

Show Buttons
Hide Buttons