Comment créer un micro projet ?

Comment créer un micro projet ?

Nous ressentons des émanations de changement dans l’air ! Et parmi eux, votre désir de créer une micro-ferme en permaculture. Que ce soit par passion de longue date, par fatigue salariale, par principe… quelle que soit l’origine de votre projet agricole, nous vous aidons à bien le lier avec cet article qui rassemble quelques conseils et contextualisations.

Créer votre microferme est un projet qui regarde de plus en plus de gens, qu’ils aient grandi à la campagne ou non. Si vous aimez ce concept mais vous n’avez aucune base, cet article est pour vous. Il est vrai que les médias comprennent de plus en plus que la profession d’agriculteur est en danger et difficile. Mais la permaculture a plus de sens aujourd’hui que jamais et la profession d’agriculteur se réinvente. Pour commencer, quelques étapes à suivre.

Lire également : Banque Populaire Bourgogne franche comte : comment ouvrir un compte bancaire pro ?

À partir de petite taille, qu’est-ce qu’une micro-ferme ?

La définition générale d’une microexploitation est la suivante : une exploitation répartie sur une superficie maximale de 1 ha, cultiver selon les règles du bio , avec une approche agroécologique , créant une production substantielle pour l’autosuffisance et la vente de court-circuit . Créer une micro-exploitation, il faut dire que c’est plutôt un bon plan. Car il vaut mieux ne pas produire en abondance afin de ne pas déséquilibrer la nature. Une « petite » ferme vous permettra de mieux contrôler les investissements, les besoins financiers et les dépenses courantes. Bref, une plus grande autonomie. Vous l’avez compris : « Tout ce qui est petit est mignon », cette expression — un peu exaspérante selon les contextes, vous devez l’admettre – colle plutôt bien à notre sujet du jour.

Connaissez-vous bien avant de vous lancer dans la permaculture

Avant de commencer, assurez-vous de votre projet de vie. Vous voulez vivre en autosuffisance via votre activité de permaculture ou vous voulez devenir agriculteur ? Cette deuxième option nécessite une bonne condition physique mais aussi le bonne motivation. Être agriculteur, même s’il s’agit de permaculture et d’une petite superficie à cultiver, n’est pas toujours facile. Mais ne vous découragez pas, au contraire, mettez sur papier votre projet, définisez-le. Pour vous aider, lire des témoignages, il y a beaucoup de livres sur le sujet. Par exemple, voici un livre de Linda Bedouet, Permaculture & Agroecology : Creating your micro-farm — Le guide de témoignage pour le lancement d’une micro-ferme productive et rentable qui est bénéfique pour l’environnement et l’homme, et ce n’est pas le seul ouvrage de référence. Ce livre répond en tout cas à ces questions : Qu’est-ce qu’une micro-ferme ? Où s’entraîner ? Comment choisir votre statut, financer et trouver votre terrain ? Quelles méthodes culturelles préférer ? Comment acheter ou produire des semis ? Pourquoi se diversifier ? Comment communiquer et se développer ?

A voir aussi : Différentes méthodes pour enrichir votre base de données

Formation pour la création de votre micro-ferme en permaculture

C’ est la pratique qui donnera la meilleure idée de la profession ! Vous pouvez faire Wwofing, travailler en collectif ou partagé jardins, associations, stages ou pratique chez vos voisins, dans le jardin d’un ami. Pour vous aider, un autre livre de ressources est Jonas Gampe, Permaculture in your garden, publié en juin 2020 par Guy Trédaniel. Dans ce livre, l’auteur décrit un plan précis pour transformer vos espaces verts selon les principes de la permaculture. Après avoir examiné la documentation sur le sujet et posé des questions auprès des personnes-ressources, vous pouvez également vous former d’une manière plus spécifique. Selon diverses opinions, la formation agricole n’est pas absolument nécessaire, mais certains recommandent le brevet professionnel avec une spécialisation dans le jardinage de légumes biologiques . Une année de formation et 10 semaines de stage vous donneront accès à de bonnes bases tout en pratiquant des conditions de travail réelles.

Aspects juridiques, sociaux et fiscaux pour la création de votre micro-exploitation

Vous devez trouver des terres et vous financer. Dans la logique de la communauté et de la solidarité économie, de nombreux agriculteurs qui ont fait cette transition vers la permacultureont passé par le crowdfunding. Il existe également un soutien à la création d’entreprises, des aides des régions et de l’Europe, des aides d’État, etc. Dans tous les cas, de nombreux témoignages conseillent de commencer petit et simple avec un petit capital de départ, une petite activité, une clientèle limitée et sans crédit. Une fois cette base développée, développez si vous le souhaitez. Pour définir votre statut, demandez aux Chambres d’Agriculture le parcours PPP (plan de professionnalisation personnalisé) ou avec votre région. Une multitude de statuts est possible.

Un petit contexte… l’économie bleue

En 2011, l’entrepreneur belge Gunter Pauli a rassemblé 183 innovations prônant l’ « économie bleue » : non polluante et créant la cohésion sociale. Selon le directeur de ZERI (Zero Emissions Research and Initiatives), la nature est la solution à nos problèmes ! L’économie bleue se nourrit de la nature (contrairement au rouge ou même économie verte qui requiert de lourds investissements) et repose sur les notions de résilience et de régénération. La permaculture fait partie de cette approche. En physique, la résilience signifie la capacité d’un système à retrouver un état stable après une perturbation. Si un système résilient est violemment déshonoré, il ne se brisera pas mais reprendra un état stable par lui-même. L’économie bleue est doncl’économie verte 2.0 , elle promeut une économie imitant les écosystèmes naturels pour résoudre les crises économiques, sociales et écologiques. Donc, l’économie bleue n’est pas seulement « verte ».

La création d’une micro-ferme entre dans uneboucle vertueuse . C’est un projet qui vous profitera, mais il sera également bénéfique pour tous !