Qu’est-ce que le troisième pilier et pourquoi y souscrire ?

Qu’est-ce que le troisième pilier et pourquoi y souscrire ?

Quand on est un travailleur, il importe de songer à ses derniers jours et de prendre des dispositions pour qu’elles soient heureuses. Aujourd’hui, la souscription à un troisième pilier reste la meilleure façon de s’y prendre. Cet article vous permet de mieux appréhender le troisième pilier et de comprendre pourquoi il s’avère important d’y souscrire.

Qu’est-ce que le 3e pilier ?

Le troisième pilier constitue une partie du système de prévoyance suisse. Il s’agit d’une prévoyance privée et facultative mise en place pour compenser l’AVS et la prévoyance professionnelle. On distingue deux types de 3e pilier présentant différents avantages :

A lire en complément : 3 avantages de la Belgique dans l’achat de l’or

  • 3e pilier A ou prévoyance liée 3a
  • 3e pilier B ou prévoyance libre 3b

Le 3e pilier A

Il permet d’épargner et de faire des économies sur ses impôts. En effet, grâce au 3e pilier A, l’administration fiscale vous restitue une partie considérable de vos impôts. Celle-ci peut aller jusqu’à 20 à 30 % de vos impôts sur revenus. La prévoyance liée est réglementée par un plafond variant au fil des ans. Vous pouvez déterminer ici le montant maximal pour votre 3ème pilier en 2022.

L’on peut souscrire à une prévoyance liée 3a auprès des banques ou auprès des compagnies d’assurance.

A découvrir également : Les avantages du leasing d’œuvre d’art

Le 3e pilier B

Le 3e pilier B a l’avantage de ne pas être plafonné. Vous êtes libre du choix du montant à verser. Aussi, les rémunérations sont-elles plus consistantes. De plus, le 3e pilier B offre plus de flexibilité dans le choix du successeur devant bénéficier des fonds capitalisés en cas de décès de l’épargnant. Le 3e pilier B n’est proposé que par les compagnies d’assurance.

Des raisons de souscrire à un 3e pilier

Plusieurs raisons fondent la nécessité de souscrire à un 3e pilier. Elles concernent aussi bien l’épargnant que ses proches.

S’assurer une meilleure retraite

Les deux premiers piliers ne permettent plus de jouir d’une retraite aisée. En effet, les rentes qu’offrent le premier pilier (AVS) et le deuxième pilier (prévoyance professionnelle) correspondent à 60 % du revenu mensuel avant la retraite. Elles ne suffisent plus pour faire face au coût de plus en plus élevé de la vie. Souscrire au 3e pilier permet donc d’augmenter ses revenus à la retraite. Le 3e pilier s’apparente à une assurance-vie qui permet de renforcer les rentes des premier et deuxième piliers pour une retraite plus heureuse.

Réaliser un grand projet

La souscription à un troisième pilier permet de concrétiser ses plus grands rêves. Ainsi, grâce aux fonds que vous mobiliserez à travers cette épargne, vous pourrez construire votre résidence principale, voyager ou mettre sur pied votre propre entreprise.

Protéger sa famille

En cas de décès ou d’invalidité, votre famille court le risque de sombrer dans de terribles difficultés financières. La souscription à un troisième pilier épargne à votre famille une telle situation. Quand vous souscrivez à un troisième pilier chez une compagnie d’assurance et que vous décédez, l’entièreté du capital conclu au contrat sera rendue à vos héritiers.

Assurer l’avenir de ses enfants

Le 3e pilier s’avère très avantageux dans la mesure où il permet de garantir à ses enfants un meilleur avenir. À travers le contrat parent-enfant, le travailleur épargne chaque mois pour le compte de son enfant.

D’autres avantages rendent par ailleurs intéressant le 3e pilier et préférable à un compte bancaire. En effet, avec le compte bancaire, l’enfant est libre de disposer comme il l’entend des fonds que ses parents ont réservés pour lui dès lors qu’il a atteint la majorité. Et ce, sans que les parents ne puissent rien y faire.

Avec le 3e pilier en revanche, l’enfant ne jouit pas d’un tel laisser-aller. L’épargne reste au nom de ses parents et tant qu’ils seront vivants, l’enfant ne pourra pas gaspiller n’importe comment les fonds. De plus, même si les parents décèdent, l’enfant ne pourra bénéficier des fonds sans avoir atteint la majorité.