Guide Entrepreneur
Comment calculer ma prime de départ en retraite ? Comment calculer ma prime de départ en retraite ?
La loi de finances pour 2020 a modifié l’imposition de la prime de retraite en éliminant la possibilité de s’étendre sur quatre ans. Cependant,... Comment calculer ma prime de départ en retraite ?

La loi de finances pour 2020 a modifié l’imposition de la prime de retraite en éliminant la possibilité de s’étendre sur quatre ans. Cependant, il existe des solutions pour réduire l’impôt dans l’année de la retraite : savoir lesquelles.

L’indemnité de départ de retraite est une prime payé par l’employeur, à l’employé qui décide de partir à retraite. Il ne faut pas confondre avec l’allocation de paiement retraite, payé lorsque la décision est uniquement à cause de l’employeur.

A voir aussi : Entrepreneur : pourquoi et comment tester son projet ?

Quelles sont les conditions d’octroi de la prime de retraite ?

Le paiement d’une prime de retraite volontaire dépend de plusieurs conditions : la retraite doit être demandée par un employé du secteur privé ayant atteint l’âge légal de 62 ans et ayant au moins 10 ans de service dans l’entreprise. Si vous remplissez toutes ces conditions, vous êtes admissible au bonus !

Comment calculer son prime de retraite ?

Le montant de la prime de retraite est défini soit par accord ou loi : le montant le plus favorable pour le futur retraité est alors retenu. Pour les allocations légales, cette prime dépend de l’ancienneté et du salaire de référence. La prime minimale est égale à ½ mois de salaire pour l’ancienneté de 10 à 15 ans, d’un mois pour 15 à 20 ans, d’un demi-mois pour 20 à 30 ans et de deux mois au-delà de 30 ans. Pour le calcul de la rémunération conventionnelle, il faut se référer à la convention collective.

A lire aussi : Recourir à un cabinet de recrutement pour rentabiliser l’embauche de nouveaux salariés

Prime de retraite : quel impôt ?

La prime de retraite est assujettie à toutes les cotisations sociales et CSG ainsi que l’impôt sur le revenu.

Et c’est sur la fiscalité qui est la mauvaise surprise en 2020 ! Jusqu’en 2019, le futur retraité pourrait demander une répartition de 4 ans de ce revenu exceptionnel : il limitait ainsi la charge fiscale l’année suivant la retraite ainsi que le risque de passer à une tranche d’imposition plus élevée.

À la suite de l’introduction du prélèvement à la source, la loi de finances pour 2020 a complètement supprimé ce régime pour les nouveaux départs à la retraite. Toutefois, les pensionnés qui bénéficient actuellement de la période de 4 ans d’épandage ne seront pas touchés.

C’est donc le risque d’une augmentation des impôts si l’on ne se prépare pas correctement à la retraite. Heureusement, il existe des solutions pour limiter l’impact de ce changement fiscal. Pour réduire vos impôts à la retraite, voici 3 solutions simples.

Date de départ retraite en 2020 : comment limiter votre impôt ?

Optimisez votre âge de retraite tout simplement en jouant sur le mois. Mieux vaut ne pas prendre sa retraite en décembre afin de ne pas modifier les tranches d’imposition marginales !. Si votre cotisation de retraite est égale à 3 mois de salaire, il est préférable de partir au plus tard en septembre, d’avoir un salaire approximativement équivalent d’une année à l’autre. Dès le premier semestre est en principe la garantie de ne pas modifier les tranches d’imposition.

Ne pas oublier d’avertir l’administration fiscale de votre réduction de revenu : cela vous permet de réduire immédiatement votre échantillonnage à la source.

Choisissez le dispositif de quotient pour limiter votre impôt

Pour les revenus exceptionnels 2020, le Code général des impôts autorise le système de quotient qui, dans certains cas, permet de ne pas modifier la tranche. Son système est simple : ajouter un quart de la prime de retraite à votre revenu habituel et calculer le nouvel impôt. Il reste ensuite à multiplier par 4 le supplément fiscal ainsi obtenu : les impôts sont payés immédiatement, contrairement à la propagation, mais évite ainsi la progressivité de l’impôt en passant à une tranche d’imposition plus élevée.

Ce système réduit également le revenu fiscal de Référence (RFR), utilisée pour le calcul de certaines prestations sociales.

Pensez au régime d’épargne-retraite RAP ou à l’ancien PERP pour optimiser votre impôt

Pour optimiser vos impôts, la préparation à la retraite par le biais d’un RIP est une solution à envisager. Le nouveau RIP (Produit d’épargne-retraite) est disponible depuis le 1er octobre 2019 et remplace progressivement les autres régimes d’épargne-retraite (contrat Perp, Madelin). Les paiements effectués au titre d’une PER sont déductibles de l’impôt les revenus. L’économie fiscale est alors déterminée par le taux marginal d’imposition. Lorsque la rente viagère est versée, ce supplément de revenu de pension est assujetti à l’impôt, avec une allocation de 10 %.

Avec la nouvelle PER, les sorties de capitaux sont possibles, sans que ce capital soit considéré comme un revenu exceptionnel. Il est donc toujours intéressant de vérifier auprès d’un conseiller en pension l’incidence fiscale du choix « sortie du capital » par rapport à la « rente viagère ». Pour profiter de l’écart fiscal, il peut être intéressant d’effectuer un paiement supplémentaire sur votre PER au cours de l’année civile précédant votre retraite.

Préparer votre retraite en amont et ne pas vous impliquer au dernier moment est le meilleur conseil pour une retraite sérénité !

Show Buttons
Hide Buttons